Twitter facebook
Le Directeur de publication

Professeur SERY Bailly

Espace Administration

Login:
Pass:
Pass oublié?
TEST « Rap et identités : au carrefour de plusieurs influences ».
Mamadou Dramé, Faculté des Sciences et Technologies de l’Education et de la Formation, Université Cheik Anta Diop de Dakar

Introduction

Quand on parle de musique au 21ème siècle, on ne peut s’empêcher de penser au rap. Pour raison, ce style musical qui intègre une façon de penser, de sentir, de se comporter, de parler, etc. est devenu une réalité incontournable dans le paysage social, économique et culturel de tous les pays, et particulièrement du Sénégal. Apparu à la fin des années 1988 au Sénégal, il n’a pas tardé à s’affirmer comme le plus puissant mouvement de jeunes engageant des hommes et des femmes de toutes catégories sociales et de toutes origines. On pourra, à son propos, penser également aux formes d’expression qui l’accompagnent qui sont vestimentaire, comportementale, picturale mais aussi et surtout, à l’aspect langagier qui y est véhiculé. Cela nous amène à envisager l’utilisation de l’argot qui est omniprésent dans l’architecture des textes. C’est un aspect qui a déjà été évoqué par Mamadou Dramé (Cf. Dramé, M. 2000). Ce langage, de l’avis de ce chercheur, reflète des positions identitaires, idéologiques, et une grande quête identitaire. Il importe également de souligner que le rap est une musique urbaine qui engage les jeunes citadins qui en ont fait une manière de s’exprimer et d’exprimer leur existence à la face du monde (Cf. Auzanneau, Michelle, 2000 et Benga, Ndiouga Adrien, 1998).

On peut également souligner, à propos de la ville, le boom démographique qui a caractérisé l’Afrique des années 80 et qui a entraîné une surpopulation dans tous les centres urbains, particulièrement dans les capitales. Il s’y ajoute l’exode rural qui a causé une promiscuité sans commune mesure. Tout cela a eu pour conséquence l’appropriation de la rue qui est devenu un espace de vie et d’expression des ressentiments et des frustrations de toutes les populations. Il convient, dès lors de tenter de voir le lien qu’il faut mettre entre la rue et le langage des jeunes rappeurs : l’argot pour étudier la manière dont les jeunes évoluent dans la rue et dont ils se sont approprié cet espace commun alors qu’ils se situent dans un milieu partagé par plusieurs cultures qui, chacune d’elles, exercent une influence sur les rappeurs.

Lire ou télécharger le texte entier (fichier pdf)

[Retour]